Accueil
 
 

Ce que vous devez faire en cas d′échouage PDF Imprimer

 

 

Vous découvrez sur la plage :

 

 

une baleine ?
un dauphin ?
un marsouin ?
un phoque ?

 

 

qu'il soit Vivant ou Mort (même décomposé) :

Appeler le CRMM au : 05.46.44.99.10

 

Signalez le lieu, l'espèce, la taille et son état

 

Une personne habilitée à intervenir se rendra au plus vite sur les lieux pour examiner l'animal

 

 

(réponse 7 jours/7)

 

Les échouages de mammifères marins constituent une source de données et de prélèvements biologiques qui nous renseigne sur leur état de santé et celui de leur environnement. Afin d'acquérir le maximum d'informations, il est indispensable que tout échouage soit signalé au CRMM pour qu'intervienne le Réseau National Echouages.

 

L'examen d'un mammifère marin échoué est obligatoire avant son élimination, il doit être effectué par une personne mandatée* car le transport et toutes autres interventions sur les mammifères marins sont réglementés par la loi.

*Les autorisations sont délivrées par le CRMM, sous la tutelle du Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement Durable et de l'Aménagement du Territoire.

 

 

Conduite à tenir, une fois les autorités compétentes prévenues :

 

 

 

Cas n°1. Echouages d'animaux morts :

 

Ne manipulez surtout pas l'animal afin d'éviter tout risque de transmission de maladie.

 

Quelque soit son état de putréfaction, l'animal sera examiné dans les plus brefs délais.

Il sera enlevé par les services de nettoyage des plages (commune ou département) afin d'être incinéré en centre d'équarrissage.

 

Les animaux morts représentent 95 % des cas d'échouage en France.

 

 


 

 

 

 

Cas n°2. Echouages d'animaux vivants :

 

ce type d'échouage concerne essentiellement les petits cétacés (dauphins, marsouins) et les phoques

 

Ne pas paniquer, rester calme les secours arrivent !

 

- Eviter de manipuler inutilement l'animal pour éviter de le stresser ou le blesser.


- Ne pas oublier qu'un animal sauvage va chercher à se défendre (morsures, coups,...)


- Eviter les attroupements, l'agitation et le bruit.


- Ne pas tenter une remise à l'eau sans l'aide de personnes qualifiées (correspondants du RNE ou services de secours locaux).

 

 

 

 


Pour les petits cétacés vivants (dauphins, marsouins) :

- Ne jamais tirer sur les nageoires

 

- Humidifier la peau de l'animal en couvrant son dos et ses flancs de linges humides, ne jamais couvrir, ni arroser son évent (orifice de la respiration au sommet de la tête). Si les linges font défaut, arrosez prudemment l'animal.

 

 

avec l'appui du CRMM, les pompiers aident en limitant aussi les prises de risques

les animaux ont la peau humidifée lors du transport

dans la mesure du possible ils sont reconduits en mer

ils peuvent ainsi reprendre le large

 

 

 

 


Pour les phoques vivants :

 

 

échouage ou pas ?

Un phoque posé sur la côte n'est pas forcément en difficulté !


Ce sont le plus souvent des jeunes individus fatigués et amaigris n'ayant que très peu de réactions qui sont réellement en situation de détresse

photo : J. Gernigon
photo : CRMM
Photo : CRMM

Phoque très amaigri en difficulté, peu réactif

Phoque en bonne santé se reposant sur le sable

Phoque en bonne santé, "plus rond" (gras sur le dos et le cou)

Intervention nécessaire par le RNE Pas d'intervention, laisser tranquille l'animal en se tenant à distance

 

 

L'animal est considéré en difficulté, 2 cas se présentent :

Le phoque est sur la plage :

- Ne pas le carresser ou le toucher, pour éviter des morsures


- S'assurer qu'il soit au calme et au sec en attendant qu'il soit transféré vers un centre de soins (les phoques n'ont pas besoin d'être dans l'eau)

animal mis au repos en attendant les secours
Le phoque est dans l'eau :

 

- Ne pas intervenir : la prise de risque pour soi même est trop importante pour un animal qui arrivera très facilement à fuir.

 

© Tous droits réservés - CRMM 2008 - Mentions légales